La Dépêche du 11/04/2013. Durant un mois, dix jeunes à la découverte de l’Afrique

201304111200-full (1)

La Mission locale de l’Agenais organise à l’automne le départ de dix jeunes qu’elle suit pour un séjour à Tiassalé, en Côte d’Ivoire, en liaison avec son homologue africaine.

«Nous avons aussi à apprendre d’eux» : dans la bouche de Corinne Griffond, présidente de la Mission locale de l’Agenais, de l’Albret et du confluent, le pont jeté entre la ville ivoirienne de Tiassalé, dans l’ouest rural du pays, et Agen a des effets bénéfiques pour les deux partenaires.

L’entente naissante entre ces plates-formes est portée par des pratiques très voisines avec des différences marquées ; la principale étant le manque de moyens financiers et un marché de l’emploi atone.

Avec le soutien de la coopération française et de la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire a lancé un programme post-crise dont la plate-forme de services ivoirienne est l’une des composantes.

Être jeune en Côte d’Ivoire s’entend jusqu’à 40 ans, 25 ans localement. Dans ces lieux d’accueil, ceux et celles qui poussent la porte sont les mêmes : plus scolarisés et un peu perdus. «Ils attendent des Missions locales qu’elles leur mettent le pied à l’étrier, les aident à trouver des solutions propres» explique en substance Olivier Paillaud, directeur de la Mission locale agenaise.

Soutien technique

Du 25 février au 3 mars, l’émissaire de la ville a rendu une visite «spontanée» aux maires et autorités locales pour travailler sur le rapprochement.

La convention de partenariat qu’il a signée en compagnie du maire de Tiassalé, Lambert Yapi et Kassi Kadio Étienne, son alter ego africain, s’appuie sur «le savoir-faire et les outils d’accompagnement et d’insertion professionnelle français», en l’occurrence ceux développés boulevard Sylvain-Dumon.

Ce transfert passe par la constitution de binômes administratifs entre Agen et Tiassalé. Cette entente passe également par des échanges de jeunes, avec le soutien du conseil régional Aquitaine. Un groupe d’Agenais sera accueilli durant un mois «en toute sécurité car la situation est saine» assure Olivier Paillaud.

En octobre 2011 déjà, une mission humanitaire avait été mise sur pied par la Mission locale dans l’une des régions les plus pauvres de Madagascar.

les approches ne sont pas les mêmes. En Côte d’Ivoire, où le commerce informel représente 70 % de l’activité économique,  l’une des priorités de  la Mission locale est l’insertion professionnelle par l’apprentissage.


Un jumelage avec la ville de Tiassalé est dans l’air

Tiassalé, ville moyenne de l’ouest du pays, compte à peu près le même nombre d’habitants que la ville d’Agen.  Depuis que les deux villes ont entamé un processus de rapprochement par Missions locales interposées, le maire de Tiassalé réfléchit à la constitution d’un club de rugby avec comme tête de pont Silvère Tian, deux saisons Agenais. La Côte d’ivoire possède une équipe nationale.

«Un jumelage n’est pas d’actualité ; c’est une simple éventualité» commente Olivier Paillaud. Auparavant, les deux entités doivent apprendre à se connaître.

Le maire d’Agen, jeune coopérant en Côte d’Ivoire de nombreux mois, garde un souvenir ému de ce pays.

Richard Hecht

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s