La Dépêche du 27/03/2014 : Le Passage. Quatre noms, quatre visions

Image-à-la-une-Article-La-Dépêche-27-03-2014

 

 

Image-à-la-une-Article-La-Dépêche-27-03-2014

Francis Garcia souhaitait avoir un débat, public, devant les Passageois, avec les trois autres candidats. Corinne Griffond et Sébastien Delbosq en avaient accepté le principe, Christophe Bocquet a refusé, considérant «que tout avait été dit au cours de la campagne et que les Passageois savent désormais pour qui voter». Comme dimanche dernier, le corps électoral du Passage-d’Agen doit faire le choix entre ces quatre candidats qu’ils n’ont pas réussi à départager lors du premier tour de scrutin.

Le débat organisé hier dans les locaux du groupe «La Dépêche du Midi» a été courtois du début à la fin, mais a connu des montées d’adrénaline quand, tour à tour, Francis Garcia et Corinne Griffond ont tenté d’obtenir, en vain, la recette de Christophe Bocquet pour ce qu’il appelle la «maîtrise de la fiscalité» de l’AA, l’agglo d’Agen.

A plusieurs reprises, le candidat UMP-UDI-MoDem a été mis en difficulté par deux de ses adversaires sur la gestion, financière notamment, du Passage-d’Agen et sur les décisions à prendre dans le domaine de la fiscalité des ménages.

Sébastien Delbosq apparaissait être spectateur, intéressé, de ce duel à trois.

Les quatre ont reconnu le travail effectué, pendant six ans, par le maire sortant et non candidat Jean Barrull, admettant le travail effectué par l’équipe précédente. Mais ils sont souvent en désaccord sur les projets que le prochain maire doit porter sur le bureau du nouveau président de l’AA et sur les initiatives à porter pour améliorer le quotidien des Passageois.

Quatre candidats, quatre façons de voir la quatrième ville du département dans la dizaine d’années à venir.

Christophe Bocquet, Tête de la liste MoDem, UMP, UDI.

Francis Garcia, Tête de liste PS, PRG, Front de gauche.

Sébastien Delbosq, Tête de liste FN.

Corinne Griffond, Tête de liste, sans étiquette.


Question 1. Votre première action si vous êtes élu…

Christophe Bocquet

«Mettre en place les rythmes scolaires qui doivent être opérationnels à la rentrée. Il faut réfléchir, définir les horaires…»

Sébastien Delbosq

«Il est urgent de réaliser un audit général de tous les comptes de la commune pour savoir au bout du compte dans quels domaines on peut trouver des économies à faire. Nous appliquerons en fait la Charte Anticor, même s’ils nous en refusent le droit au prétexte que nous sommes le Front national.»

Francis Garcia

«La première action qui sera décidée lors du premier conseil municipal, c’est une réduction de 30 % des indemnités du maire et des adjoints. Si elle peut paraître symbolique, cette action aura des conséquences puisqu’au bout du compte elle représente 1 point de fiscalité pour les ménages du Passage-d’Agen. Réduire les impôts n’est pas possible comme veulent le faire croire certains, il s’agit surtout de ne pas les augmenter et de trouver des ressources ailleurs.»

Corinne Griffond

«Je partage quelques-unes des actions qui viennent d’être exposées. Mais pour moi, la première action du maire du Passage, c’est bien de rétablir la confiance et le lien entre les citoyens et les élus en développant la démocratie de proximité : des conseils de quartier, des sages, des jeunes, des enfants pour associer tous les citoyens à la vie de la commune et apporter plus de sérénité…»


Question 2. Le projet que vous allez porter à l’agglo…

Christophe Bocquet

«L’agglo doit porter des projets de développement économique, c’est un formidable outil pour le développement des zones économiques. Il doit être acteur comme sur la Technopôle Agen-Garonne qui se prépare, un formidable outil qui prendra le relais, à terme, de l’Agropole.»

Sébastien Delbosq

«Avec les 28 autres maires acteurs de l’agglo, il nous faut travailler de concert et en même temps apporter des solutions qui serviraient les intérêts des Passageois comme une liaison verte entre Passeligne et le long de la Garonne au Passage-d’Agen.»

Francis Garcia

«Il faut parvenir à rééquilibrer l’action de l’agglo sur la rive gauche. En même temps il faut travailler auprès du président pour étendre les compétences de l’agglo en particulier vers la petite enfance même si Dionis y est encore opposé. D’une manière plus générale il faut faire entendre notre voix et faire cesser la pratique du tout Agen. Il faut faire en sorte que l’agglo entretienne des relations apaisées avec les autres intervenants comme le conseil général ou les autres organisations intercommunales. Enfin, il faudra bien que l’agglo qui ne le veut pas pour l’instant adhère au SMIVAL de manière, in fine, à diminuer pour les particuliers le coût de la TOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) de l’ordre de 20 %.»

Corinne Griffond

«Je ne suis pas tout à fait certaine que l’adhésion au SMIVAL fasse baisser la TEOM… Mais la priorité des priorités, c’est bien d’influer pour le devenir de BMs-Upsa. De rumeurs en fausses informations, on ne sait finalement pas grand-chose de plus. Si une décision négative devait intervenir, ce serait catastrophique pour l’emploi et pour l’ensemble du territoire agenais. Être attentiste, c’est perdre du temps, je suis surprise que le gouvernement ne soit pas encore en capacité de prendre une décision… Et oui, pour l’agglo il y aurait un problème puisque BMS-Upsa, c’est 7 millions d’€ de rentrée fiscale. On a démontré, en tout cas, dans l’affaire BMS- Upsa que l’on pouvait dépasser les clivages droite-gauche, les gens peuvent travailler ensemble, oui à l’agglo unie, à l’agglo moteur…»

Francis Garcia

«Une réponse négative serait un désastre social pour les habitants de l’agglo et il faudrait chiffrer encore le coût de l’indemnisation du chômage.»

Christophe Bocquet

«Il faut saluer l’unité de tout le monde derrière Upsa et le front du refus.»

Sébastien Delbosq

«Il faut se battre pour BMS, ce serait catastrophique pour Agen, pour Le Passage-d’Agen et plus largement pour le département. Il faudrait aussi que BMS investisse. J’ai aussi des valeurs de gauche et l’effort de BMS doit se porter sur la recherche et le développement sur le site du Passage. C’est un groupe international qui dégage des milliards de bénéfices, quelques centimes en moins par boîte, c’est juste pour les actionnaires se gaver un peu moins…»


Question 3. Quel projet sur le bilan du sortant n’a pas vu le jour et aurait dû être porté ?

Christophe Bocquet

«Incontestablement la réfection de la salle de Rosette, nous l’avons d’ailleurs repris à notre compte dans notre programme. Elle est très utilisée, elle est devenue obsolète et ne répond pas aux besoins des Passageois.»

Sébastien Delbosq

«D’abord il manque le haut débit au Passage. Ensuite il faut travailler pour combler le manque de transparence de tous les membres de l’ancienne liste Barrull.»

Francis Garcia

«Il y a un véritable déficit de communication avec les Passageois dont j’ai pris la mesure en faisant du porte-à-porte et un déficit de relation entre l’équipe sortante en général et les habitants. Par contre à mettre au crédit de l’équipe Barrull, la situation budgétaire qui est saine tout comme il faut souligner la maîtrise foncière avec, jusqu’au bout, le souci de travailler à dégager des capacités foncières pour réaliser les investissements futurs. Dans la liste des projets qui n’ont pas été réalisés et qui devront l’être, il y a comment se servir du déplacement de la caserne des pompiers et quoi réaliser à la place et puis encore continuer à faire de la Palmeraie un vrai cœur de ville avec des commerces et des logements, réaliser et réussir la mixité sociale. Enfin, il sera important de rassembler les gens et d’avoir la volonté du respect des gens y compris le respect aux élus de la minorité et donc de l’opposition.»

Corinne Griffond

«Jean Barrull a assumé un grand nombre des projets qu’il portait au début de son mandat. C’est vrai, il y a un déficit des relations entre les élus et les citoyens. Il reste des choses à faire au niveau de l’aménagement du territoire. Par contre, il faut tourner nos regards vers l’habitat insalubre et les maisons anciennes dans le bourg du Passage, c’est catastrophique chez certains habitants. Il faut monter une OPAH, une opération programmée d’amélioration de l’habitat, apporter le soutien de la ville pour que les habitants reçoivent les aides de l’agglo qui a la compétence en la matière.»


Question 4. Une question pour les autres candidats…

De Christophe Bocquet à Corinne Griffond : Quelle est votre motivation, malgré l’accord UMP-UDI que vous avez signé, pour être présente au second tour et donner confiance aux Passageois si ce que vous avez signé n’a pas d’importance pour vous ?

«Cet accord, je ne l’ai pas signé ! Ensuite je voudrais vous rappeler que la liste que je conduis est une liste sans étiquette, l’ensemble de ma liste est sans étiquette, il n’y a aucune étiquette politique ni sur les documents de campagne, ni dans les relations avec les Passageois. J’aime la démocratie et la décision de se maintenir au second tour a été prise à l’unanimité de l’équipe, c’est ensemble que nous avons décidé de continuer. C’est bien 29 colistiers qui s’expriment et pas un parti. Le match en est à la mi-temps, nous allons jusqu’au bout. Nous travaillons jusqu’au bout avec un programme sur lequel nous travaillons depuis deux ans et dont votre projet de mandat est la pâle copie. Votre campagne anti-Griffond est parfois insultante, j’en suis la victime. Je m’attendais à un débat d’idées. Enfin, pour ma présence au second tour, j’ai téléphoné à Jean Dionis pour l’informer et lui faire part de ma décision.»

De Sébastien Delbosq à Christophe Bocquet : Une fois au conseil municipal, seras-tu dans l’opposition ?

«Si tu es maire, oui…»

De Francis Garcia à Christophe Bocquet : Quelle est la raison pour laquelle M. Bocquet se dérobe et ne veut pas de débat public qui aurait l’avantage d’offrir aux Passageois un débat sur le fond, ce qui finalement augure mal de la façon dont vous seriez maire du Passage si vous l’emportiez dimanche. C’est un problème de refuser le débat démocratique et vouloir être élu.

«Je refuse de participer à un débat public parce qu’il ne va rien apporter aux Passageois. Nous aussi avons fait du porte-à-porte, des réunions d’échanges, il est trop tard pour modifier le programme, ce débat ne servirait à rien.»

Francis Garcia : Votre réponse est sérieuse ?»

Christophe Bocquet : «Pour moi, il est inutile, il y a deux ou trois mois pourquoi pas, mais vous n’étiez pas encore candidat.»

De Corinne Griffond à Sébastien Delbosq : «Vous parlez de développement durable, comment comptez-vous nettoyer votre affichage sauvage ?»

Sébastien Delbosq : «Il n’y a pas que nous, il y a aussi le cirque Amar, c’est vrai nous avons beaucoup travaillé sur l’affichage parce que nous avons beaucoup de colleurs d’affiche. Si je suis élu maire, je demanderai aux services techniques de nettoyer les affiches.»

Corinne Griffond : «Et si vous n’êtes pas élu, on demandera à la mairie de vous adresser la facture…»

Textes : Jean-Louis Amella, Stéphane Bersauter Photos : Morad Cherchari

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s