Construction de logements sociaux : Nous demandons une pause

La construction de logements sociaux sur notre commune est une des raisons pour lesquelles nous avons voté « contre » le budget communal présenté par la majorité municipale.

Pour autant cela ne veut pas dire que nous ne voulons plus de logements sociaux au Passage, cela veut juste dire que nous demandons une pause dans leur construction.

Il faut sortir de cette caricature des clans, avec, à Gauche les gentils qui accueillent de nouvelles populations et au Centre et à Droite les horribles méchants qui n’en veulent pas. Cette vision dogmatique et sectaire ne permet pas une bonne approche de la situation.

Nous souhaitons un débat éclairé sur le sujet.  

Quelle est la situation aujourd’hui : La loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) oblige notre commune à disposer d’un parc de logements sociaux représentant 20% du nombre total des résidences principales existant sur la ville.

Pour Le Passage au 1er Janvier 2016 sur un total de 4570 résidences principales recensées nous devrions avoir 914 logements sociaux et nous en avons 727 soit environ 16%  (chiffres validés par la préfecture).

A la lecture de ces chiffres, nous pouvons déjà dire que nous ne sommes pas les plus mauvais élèves de l’Agglo bien au contraire.

Malgré tout nous sommes effectivement en déficit de 187 logements sociaux par rapport aux obligations légales. Alors, me direz-vous pourquoi demander une pause ?

Pour plusieurs raisons :

D’abord parce qu’au chiffre du déficit de 187 logements, il faut retirer 35 logements qui ont été livrés entre temps  (19 logements rue Victor Duruy et 16 rue Lavinal)

Ensuite parce que 2 autres projets ont été validés par le Conseil Municipal à l’unanimité : il s’agit de 14 logements rue de la Marine et 28 au lieu-dit Vigué pour les élèves pilotes d’Airways.

Enfin parce que le projet des 32 logements route du pont de Baroy à Candeboué, gelé pour cause de Plan de Prévention des Risques d’Inondation, vient d’être réactivé puisque ces terrains sont redevenus constructibles.

Si l’on rajoute à cela les 8 logements qui entraient dans le dispositif de rénovation des logements dégradés, nous ne serions plus qu’à une petite centaine de  logements de déficit à l’horizon 2019.

Aussi nous maintenons notre demande de pause.

J’entends l’argument de Monsieur le  Maire qui me rétorque que pour un déficit de 187 logements nous devrions payer une amende de 44 162 € en 2017 (réduite à environ 25 000 € en 2019).

Mais la réalité des chiffres n’est pas celle-là.

Nous ne paierons pas d’amende car la commune bénéficie d’un ‘’crédit fiscal’’ puisqu’elle subventionne par ailleurs le financement de la construction de logements sociaux réalisés par les organismes HLM.

Ainsi depuis 2014 c’est 225 150€ qui ont été versés aux bailleurs sociaux, 353 415 € si on prend en compte les logements construits sous la majorité précédente (Source Préfecture)

La pause que nous souhaitons se justifie d’autant plus que Le Passage d’Agen ne paiera  aucune pénalité pendant les prochaines années.

Cela nous laisserait le temps de débattre sereinement de la vision que nous avons de notre ville et  de l’urbanisation que nous souhaitons à 20 ou 30 ans.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s