La Dépêche du 09/01/2013. Corinne Griffond présente ses colistiers

201401091505-full

L’histoire doit ainsi retenir que Corinne Griffond, transfuge du conseil municipal d’Agen, candidate aux élections municipales, aura été la première des candidats à présenter, dans son intégralité, la liste de ses colistiers. C’était hier à l’Express Café, établissement connu pour la qualité de ses pizzas et c’est d’ailleurs là qu’une partie de l’équipe du Passage en mouvement – c’est le nom de la liste – est restée déjeuner.

Convivialité car c’est le mot revendiqué par la tête de liste, membre du Parti radical excroissance de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) mais qui martèle que cette même équipe est «sans étiquette». Confirmation dans le premier numéro du journal de campagne, où une partie des thèmes qui ont été étudiés par les différents groupes de réflexion est couchée noir sur blanc.

Sans étiquette ? Pas tout à fait puisque l’un de ses colistiers est membre de l’UMP, et qu’une autre est adhérente de l’UDI en compagnie de l’ancienne adjointe aux affaires sociales d’Agen, qui a franchi la Garonne pour tenter sa chance au Passage six ans après avoir concouru avec succès au sein de l’équipe Dionis.

Et, quand on lui pose la question, soulevée par ses opposants, de ses éventuelles ambitions à venir, au-delà des élections de mars prochain, Corinne Griffond rappelle qu’elle est candidate cette année, qu’elle ne le sera pas en 2015 (cantonales et régionales) et qu’elle n’est pas en mesure de dire oui ou non à une éventuelle deuxième candidature pour l’un des deux postes de sénateur dans le département. «Vous me parlez de 2017 et je ne sais pas ce que je ferais en 2017. Vous le savez, vous ? J’ai par ailleurs signé la charte anticorps contre le cumul des mandats».

Des visages nouveaux

Pour rester dans la politique avant d’évoquer, dans une prochaine édition, sa vision de la gestion d’une ville du Passage-d’Agen forte de 10 000 habitants ou pas loin, Corinne Griffond n’envisage pas un rapprochement avec d’autres candidats dans l’entre-deux tours.

Sa liste ne comporte que des visages nouveaux, pour provoquer une rupture avec un passé dont les Passageois, dit-elle, ont assez.


les colistiers

Corinne Griffond, Gilles Fremy, Anouar Falit, Nathalie Saint-Germes-Peperkamp, Marie-José Anselme, Bernard Mazaleyras, Maryse Veniat, Béatrice Puel, Michel Vammale, Frédéric Barberis Giletti, Jacques Gay, Jean-Louis Jimenez, Jacques Biau, Guillaume Sattler, Fabienne Parolin, Patricia Troubat,  Vincent de Séguret, Lionel Perié, Nicolas Morel, Isabelle Lagadec, Emilie Issagarre, Jean-Louis Boudie, Nicole Dubarry, Georges Duffour, Isabelle Laffite, Géraldine Caron, Emilienne Pincin, Chantale Magnier et Manon Verdier.

St. B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s